Stéphane Le Mignan le coach de l'US Concarneau.

Leader incontesté du championnat, l’US Concarneau se rend chez un promu du Paris 13 Atletico en position de relégable. Mais Stéphane Le Mignan se méfie d’une rencontre loin d’être aussi déséquilibrée que ce que la lecture du classement pourrait laisser croire.

Ralentis par le Red Star lors de la dernière journée, les Thoniers se déplaceront chez les Gobelins privés de plusieurs joueurs : Issouf Paro (cuisse), Ambroise Gboho (adducteurs) et Gaoussou Traoré (suspendu). Un déplacement qui ne se jouera pas à Charléty, pourtant souvent utilisé depuis le coup d’envoi du championnat, mais sur le terrain synthétique de Léon-Boutroux où Paris 13 avait reçu Avranches et Le Puy. « Apparemment ce sont les grandes équipes qui ont le droit de jouer à Charléty » s’est amusé le technicien dans sa conférence d’avant-match relayée par nos confrères de Ouest-France. « Des entraîneurs et éducateurs qui ont déjà été joués là-bas m’ont prévenu que c’était particulier et difficile d’aller gagner là-bas (à Léon-Boutroux, ndlr).

Si 13 points séparent les deux équipes avant cette 13ème journée, l’écart est trompeur. Si Paris 13 Atletico n’avance pas vite, il avant malgré tout et reste sur une série de 4 matchs sans défaite en National (trois nuls et une victoire) alors qu’il a affronté quelques grosses écuries (Dunkerque, Orléans et Bourg-Péronnas) contre qui ils n’ont pas encaissé le moindre but. « On pourrait se dire que c’est un bilan heureux. Mais sur ces trois matches, ils n’ont quasiment pas concédé d’occasions« . Les Gobelins ont d’ailleurs encaissé le même nombre de buts que Concarneau, 12, depuis le coup d’envoi du championnat. Meilleure attaque du National avec Le Mans, les Thoniers sont donc prévenus. La tâche sera tout sauf aisée pour le leader du classement.