CHABERT Mathieu (Châteauroux)
Mathieu Chabert, l'entraîneur de la Berrichonne Châteauroux. (Photo Philippe Le Brech)

Une saison dernière décevante, le recrutement, la préparation, les objectifs du club pour cette saison… L’entraîneur de la Berrichonne de Châteauroux Mathieu Chabert s’est longuement confié à quelques jours de la reprise du championnat National.

Mathieu Chabert, vous allez commencer votre huitième saison sur un banc de National. On imagine que vous avez hâte de reprendre ? 

« Huitième saison ? C’est beau, je ne le savais même pas (rires). On a toujours hâte de reprendre surtout lorsqu’on arrive en fin de préparation. Oui, la préparation c’est important notamment dans la construction d’une saison. Mais plus la date fatidique approche et plus cette adrénaline de la compétition commence à monter. On s’est bien entraîné, cela arrive à point. »

Avant la reprise du championnat, le club a disputé cinq matches amicaux, pour une seule victoire (2-4 contre Orléans). Êtes-vous inquiet ?

« Non, je ne suis pas inquiet. Depuis cette victoire contre Orléans, on a perdu contre Lorient totalement contre le cours du jeu avec deux équipes types qui se sont affrontées pendant plus de soixante minutes. À la fin de cette heure, on gagnait 1-0 contre une Ligue 1 avec un contenu hyper intéressant, un projet de jeu cohérent. Malheureusement on prend deux buts (83’ et 85’) sur des erreurs individuelles. C’est une défaite et même si je n’aime absolument pas ce terme, c’est quand même une défaite encourageante. Et puis, le match nul de la semaine dernière contre Versailles est positif. On a appris contre une équipe qui ne sera pas loin d’être là-haut. C’est intéressant. »

Mathieu Chabert : « Mes joueurs seront prêts »

Comment sentez-vous votre groupe ?

« Physiquement et tactiquement mes joueurs seront prêts. On a eu le temps de travailler. On est impatient d’y être. Je ne vais pas vous dire que je les sens bien parce qu’il n’y a que les résultats qui comptent. En tout cas, une chose est sûre, les projets de jeu, de vie et sportif sont adoptés, acceptés et assimilés par tous. On sent que quelque chose se dégage mais cela demande confirmation par des résultats. Les bases et les fondations sont solides. »

À l’heure actuelle, le club s’est montré assez discret sur le marché des transferts. Quel regard portez-vous sur votre mercato ?

« On a eu la chance de ne pas avoir à beaucoup recruter. On s’appuie sur une énorme base de la saison dernière, ce qui est extrêmement important. Maintenant, les joueurs ont un an d’expérience au sein de ce championnat. L’année dernière, pas mal de joueurs venaient de l’étage du dessus et le National est particulier. Il faut un petit temps d’adaptation. Désormais, ils ont pris la mesure de ce championnat. On a amené des petites retouches dont je suis satisfait. Actuellement, notre mercato est bouclé. »

Vous devez être également satisfait d’avoir réussi à conserver votre meilleur buteur Thomas Robinet auteur de 18 buts la saison dernière…

« Quand vous êtes entraîneur, il vaut mieux avoir Thomas Robinet avec soi que contre soi. Évidemment, je suis super content de l’avoir parmi nous. Il est super impliqué dans le projet de jeu et sportif. Après, le mercato se termine le 31 août. On sera vigilant jusqu’à cette date. »

La Berrichonne veut s’appuyer sur sa formation

Cette année de nombreux jeunes ont intégré le groupe professionnel. C’est important pour la Berrichonne de miser sur sa formation ?

« Oui, surtout que Châteauroux a un centre de formation malgré le fait d’évoluer en National. On a toujours sorti de très bons joueurs et cela va continuer ainsi. Ça travaille bien derrière et cela nous permet de nous appuyer sur notre formation. On a réduit le groupe et le fait de s’appuyer sur la jeunesse, qui nous amène de la fraîcheur, est toujours intéressant. »

Lors de cette préparation, on vous a vu évoluer en 3-5-2 ou en 4-3-3. Quelle sera la formation adoptée ?

« Vous verrez bien (rires). Mes deux accessions avec Béziers et Bastia se sont faites en 4-3-3 et on ne dit jamais deux sans trois. Mais c’est toujours bien d’avoir un autre système. L’année dernière, on a beaucoup joué en 3-5-2. C’est toujours bien d’avoir deux formations préférentielles pour pouvoir switcher. »

Les deux défenseurs Yannick M’Bone et Léandro Morante ainsi que l’attaquant Kévin Fortuné sont partis renforcer trois écuries de National. Les rencontres contre Dunkerque, Bourg-en-Bresse et Orléans auront un goût particulier ?

« Non, pas spécialement. Cela fait partie de la vie d’un joueur et d’un entraîneur de changer d’équipe. Quoi qu’il en soit, ce sont trois gentils garçons, très professionnels et on sera ravi de les retrouver. »

Mathieu Chabert : « L’objectif était d’accéder à la Ligue 2 »

L’année dernière le club a terminé à la cinquième place au classement. Avec les ambitions de Châteauroux, considérez-vous cela comme un échec ou un début encourageant ?

« L’objectif était d’accéder à la Ligue 2 et non pas de finir cinquième. Donc, clairement si l’on se met en face d’une feuille, c’est un échec. Monter après une descente, c’est compliqué et il faut que le club digère encore un peu plus lorsqu’il y a des repreneurs. Il a fallu s’adapter aux méthodes de travail du groupe United. Aujourd’hui, le club est bien structuré avec de bonnes personnes aux bons endroits. Certes, c’est un échec mais dedans il y a beaucoup de positif. On va s’appuyer là-dessus, tout en corrigeant le moins bien. »

En mars 2021, le club a changé de dimension avec le rachat du prince saoudien Abdallah Ben Moussaed. Est-ce que la pression est encore un peu plus élevée ?

« Quand vous êtes détenus par un groupe comme United, c’est normal qu’il y ait des attentes. C’est le jeu. De toute façon, quand vous êtes dans un club, il y a toujours des attentes. Que ce soient celles des supporters et des dirigeants et c’est logique. On fait ce métier pour répondre à cela et vivre avec cette adrénaline. Je n’ai aucun problème avec ça et les joueurs non plus. L’année dernière, on était considéré comme le grand favori. Cette année, on ne l’est pas et ce rôle nous va très bien. »

Qui sont les favoris pour vous cette année ?

« Pas mal d’équipes comme Le Mans, Orléans, Versailles, Concarneau et les équipes qui arrivent en provenance de Ligue 2. Ce sera un championnat ouvert et ce n’est pas plus mal. On fera notre petit bonhomme de chemin tranquillement. »

Avec quelle ambition ?

« L’objectif est de finir le plus haut possible, donc de se maintenir parmi les deux premiers. »