CHABERT Mathieu (Châteauroux)
Mathieu Chabert, l'entraîneur de la Berrichonne Châteauroux. (Photo Philippe Le Brech)

Battue la semaine passée sur sa pelouse par Versailles et sur une série de deux défaites de rang en championnat, la Berrichonne de Châteauroux se rang à Cholet ce vendredi dans le cadre de la 12ème journée du National.

Alors que la semaine a été marquée par quelques changements sur les bancs, est-ce que Mathieu Chabert se sent lui aussi menacé alors son équipe a glissé à la 8ème place du classement, désormais à 9 longueurs du leader Concarneau. « Il faut prendre ses responsabilités et ne pas se voiler la face. Mon cas n’est pas le plus important. Quand on est entraîneur, et dans une dynamique négative, on est de fait « menacé ». Mais encore une fois, mon cas n’est pas important. Ça serait trop facile de dire que ce n’est pas de ma faute. 15 points en 11 matchs, ce n’est clairement pas suffisant. On est tous responsable de cette situation.« , a expliqué le technicien en avant-match.

Ce qui l’est, important, c’est de trouver des solutions face aux maux du moment. Pour Chabert, « on doit prendre conscience des choses. On va essayer de faire en sorte que ça change, d’activer des leviers, en installant plus de concurrence, de jouer sur la forme du moment, pour que tout le monde puisse participer au redressement. Il faut que l’on soit plus actifs et conquérants… Moins attentistes. On doit être proactifs ! Cette semaine, on a beaucoup parlé. Ç’a été une semaine riche, mais positive. Après… Parler, c’est bien beau, mais la vérité, c’est demain !«